Image à la une : Place Clemenceau en 1926, que traversent d’en bas à  droite vers en haut à gauche le boulevard Poeymirau (Mohammed V), d’en bas à gauche vers en haut à droite l’avenue Maurial (Slaoui). Au centre en bas, boulevard du 4ème Tirailleurs (Chefchaouni)

Voilà ce que disait de la place Clemenceau un « promeneur solitaire », le 27 septembre 1941.

La place Clemenceau est à Fès ce que la place de France est à Casablanca. C’est le lieu de tous les rendez-vous, le terminus des promenades, le point de ralliement des touristes, en un mot le centre vital de notre ville.

Place de l'Industrie 26-12-26

La place Clemenceau en décembre 1927 : un temps de chien … à ne pas mettre un touriste dehors.

Un jour viendra peut-être où les fantaisies et les nécessités de l’urbanisme feront de la place Clemenceau le noyau d’un quartier excentrique. Elle aura alors comme ses sœurs lointaines ses habitués fidèles et la faveur des curieux en quête de promenades inédites. Mais même si d’aventure, et c’est bien moins que certain, elle perd son caractère de grand carrefour, elle n’en conservera pas moins le prestige qui ne s’acquiert qu’au cours des grandes circonstances. Or chacun sait que l’histoire de la place Clemenceau est riche de souvenirs.

Après avoir franchi la place Clemenceau, le boulevard Poeymirau continue tranquillement sa route vers l’avenue de Sefrou. Mais cette traversée semble l’avoir singulièrement apaisé. Ses rives sont pourtant encore bordées de beaux cafés, de restaurants fréquentés, de magasins aussi bien achalandés que n’importe quels autres. Mais il n’a plus ce je-ne-sais-quoi qui fait les grandes artères. On est encore en ville et cependant c’est déjà la banlieue.

036-a Bd Poeymirau

Le boulevard Poeymirau, apaisé après avoir passé l’horloge, se dirige vers l’avenue de Sefrou. Au fond les moulins … et le début de la campagne !

En bordure de la place, le square Le Guével offre ses coins tranquilles et ombragés aux mères de famille, aux rêveurs et aux amoureux. Pourquoi faut-il que les bancs en soient trop souvent occupés par des énergumènes dont, nous l’avons déjà signalé, les gestes et les propos laissent fort à désirer ?

167 Square Le Guével Sc

Le square Le Guével

Le bâtiment du syndicat d’initiative est solide, coquet et discret. Trop discret à tel point que beaucoup d’étrangers se demandent quelle est cette maison aux vingt obélisques inachevées.

148-a Syndicat d'initiative

Le syndicat d’Initiative et de Tourisme (ESSI), devant les arbres du square Le Guével. À gauche le Grand Hôtel.

Large, majestueuse, fière de ses dimensions, l’avenue Maurial coupe elle aussi la place Clemenceau. Elle s’orne, si l’on peut dire, d’un poste des voitures qui cherche néanmoins à ne pas trop se faire remarquer. On se console de sa présence en pensant que si ce monument n’est pas des plus esthétiques, il est d’une incontestable utilité du fait de la vigilance et du zèle que déploient les agents qui l’occupent à tour de rôle.

015-a Maurial

L’avenue Maurial, fin des années 1930, avec son poste et sa station de voitures.

Et ceci nous amène indirectement à parler de la station des voitures. La surveillance dont ils sont l’objet à ce point précis ne doit pas encourager les cochers à y séjourner. Aussi l’ emplacement qui leur est réservé, est-il la plupart du temps désert.
On est mieux n’est-ce pas, pour discuter le prix, dans des endroits où l’on est à peu près sûr que l’autorité ne mettra pas son nez.

017 Maurial:Clemenceau (1)

 Vers 1930  Avenue Maurial à son débouché sur la place Clemenceau. À droite les « Grands Magasins réunis du Maroc ». Au fond on distingue les bâtiments de la gare de la voie de 60. En partie masqués par l’horloge les voituriers, avec la station de taxis sur le côté gauche

017 Maurial:Clemenceau (2)

Avenue Maurial, détail.

Vous seriez étonnés, si parlant de la place Clemenceau, je ne disais rien de son horloge. Je la mentionne donc pour mémoire. Quant aux critiques que ses fantaisies ont inspiré à la presse, elles sont trop nombreuses pour qu’il soit possible de toutes les rappeler dans cette modeste chronique.

023 La Renaissance

La place Clemenceau, l’horloge et la Brasserie de la Renaissance vers 1927/28

Voir aussi Boulevard de France, boulevard Poeymirau, boulevard Mohammed V

Place Clémenceau

Place Mohammed V fin des années 1950 : intersection du boulevard Mohammed V et de l’avenue Slaoui